Bali

Mai 2018

Bali, la bien nommée île des Dieux, la terre des offrandes, des rizières en terrasses, des plages paradisiaques, de sable noir, de feu, de volcans, des magiciens pratiquant l’art ancestral de la médecine holistique , de l’hindouisme… Comment résister ? Foncez vous évader !


Itinéraire de 16 jours

500km parcourus, une petite quinzaine d’heures de scoot au compteur, des fesses un peu talées (mais sûrement plus musclées !), la découverte à chaque tournant, la liberté…

Astuce : N’hésitez pas à zoomer sur la carte et à cliquer sur les points d’intérêt pour découvrir les destinations !


Mon carnet de voyage

Accédez facilement aux différentes étapes de l’itinéraire ci-dessus… Mes « incontournables » sont en gras !


Jour 1 & 2

Uluwatu

Avant d’arriver à Bali, à l’aéroport de Denpasar, nous profitons d’une escale de quelques heures à Hong-Kong où nous avons pu sortir de l’aéroport et faire un rapide tour du centre (si vous avez l’occasion, à faire absolument !). Ca y est : nos premiers pas sur le continent asiatique sont posés !

Nous arrivons en fin d’après-midi heure locale à Denpasar, la ville de l’aéroport. La nuit tombe tôt, et nous ne sommes pas encore arrivés totalement à destination : nous devons nous rendre à Uluwatu où nous avons réservé notre première nuit d’hôtel, soit à encore 1h de route.

Nous choisissons un taxi et hop, nous voilà partis ! En effet, j’avais lu que Denpasar ne valait pas vraiment la peine de s’y attarder, et de toute manière, au retour, nous aurons un peu de temps pour juger par nous-même…! Au contraire, Uluwatu étant beaucoup plus calme et reposant, nous avions décidé d’y filer directement… Quoi de mieux pour bien entamer notre séjour ?

Nuit noire. Nous arrivons à Uluwatu Breeze Village, notre premier hôtel balinais…Et nous ne sommes pas déçus ! L’accueil est très chaleureux (notamment avec les petites offrandes que nous verrons tout du long de notre voyage) et notre petite maisonette nickelle ! Le séjour peut enfin commencer !


Jour 3

Uluwatu

Après un bon petit déjeuner coloré et une meilleure vue sur l’extérieure de notre maisonnette, nous louons à l’hôtel un scooter pour nous balader jusqu’à la Pantai Suluban d’Uluwatu (pentai = plage). La péninsule Uluwatu, tout au sud de l’île de Bali est paradisiaque ! Loin des plages surpeuplées de touristes de Seminyak et Kuta (où nous passerons rapidement par la suite) – le dépaysement est total ! Sable blanc, spots de surfeurs, océan indien d’un bleu translucide… Le paradis !

En fin d’après-midi, nous nous rendons à Pura Luhur (Pura = temple), l’un des six temples principaux et directionnels de l’île, construit au XIème siècle et dédié aux dieux de la mer. Etant donné qu’il s’agit avant tout d’un lieu de culte, le sarong est obligatoire ! Il s’agit d’une pièce de tissu à porter aussi bien par les hommes que par les femmes, pour éviter d’avoir les jambes nues.

Nous avons essentiellement visité l’extérieur du temple et admiré la falaise : le temple est perché sur une falaise d’une centaine de mètres qui se jette directement dans l’Océan Indien, à l’extrême sud de l’île. Nous avons également rencontré de nombreux singes, pas tous très commodes d’ailleurs !

Avec un peu de regret, nous avons du un peu presser le pas, car nous avons également pris deux billets pour assister à un spectacle de danse traditionnelle (Kecak).

La danse est rythmée et met en scène les légendes de dieux asiatiques, (dont un personnifié en grand singe blanc). Je dois bien l’avouer, je n’ai pas tout compris ! Mais il n’empêche que c’était très sympa, bien que le spectacle soit très touristique !


Jour 4

Uluwatu – Canguu

Nous prenons une navette jusqu’à Kuta (l’hôtel proposait ce transfert et cela nous a coûté l’équivalent de 10€) pour y louer un scooter. L’idée de le prendre ici, à proximité de l’aéroport, est de faciliter le retour de l’engin sans perdre de temps le dernier jour !

La négo a été très vite faite ! Pour 13 jours, nous avons payé 52€ (soit 4€ par jour) pour notre petit bolide ! Au début le gars nous proposait un scooter pas très maniable, déjà un peu abîmé et vu que nous comptions faire le tour complet de l’île, nous en avons demandé un autre… deal ! Le road trip peut commencer !

Nous avions lu qu’il fallait faire un permis de conduire international afin d’éviter, en cas de contrôle, une grosse amende (ou plutôt des backchichs, car il y aurait des policiers corrompus…). Lorenzo l’avait fait faire. Il ne nous a jamais été demandé et nous n’avons jamais été arrêté !

Nous embarquons nos deux backpacks et nous même sur le scoot’, et c’est parti ! Je vous raconte pas l’embarcation ! Au début, je mettais mon backpack sur mon dos étant à l’arrière, et celui de Lorenzo entre ses jambes. MAIS c’était juste pas possible : gros coups de soleil sur les épaules pile à l’endroit où les lanières du sac s’arrêtaient et gros mal de dos ! Du coup, dès le lendemain, nous avons trouvé une autre solution pour voyager plus confortablement !

Direction le temple Tanah Lot, à quasi 1h de route. Etant donné que le temple est situé sur la côte ouest, nous serons pile à l’heure pour un coucher de soleil parfait !Mais avant, petit stop dans un warung (petit resto balinais sans prétention, souvent géré par une famille) en bord de route, l’occasion de goûter aux premiers nasi gorengs et autres spécialités beaucoup plus… pimentées !

Nous arrivons à Tanah Lot. Le temple est coupé de l’île à deux reprises par jour, du fait des marées. Du coup il faut se mouiller, c’est bien le cas, pour pouvoir accéder jusqu’au temple, recevoir une « bénédiction » (avec des grains de riz à coller entre nos sourcils, accompagné d’eau douce jaillissant de la grotte en pleine mer) et ainsi purifier notre âme.

Malgré ce rite traditionnel, la magie et le romantisme du lieu, ne soyez pas surpris par la masse de tourisme, par le nombre d’échoppes et de warungs autour de l’entrée du parc pour accéder au temple.

Nous retournons sur nos pas direction Canguu, où nous avons réservé une guest house. Une fois les backpacks déposés, l’envie d’une Bintang nous prend (LA bière locale) et nous nous rendons dans le centre de Canguu, sur Echo Beach, un autre paradis pour les surfeurs. Faisant noir, nous n’avons pas l’occasion de les voir glisser sur les vagues, par contre, notre regard est nettement attiré par ces bars tout droit sortis de nos rêves les plus fous ! La Brisa … Endroit de dingue ! Tout en bois, avec des cocktails de fous, une piscine au plein milieu des poufs (dans tous les sens du termes 😉 – le paradis des instagrammeuses), différentes « pièces » (le bar est quasi en plein air en bord de plage) = différentes ambiances, différents décors…! Bref, à voir !

Nous continuons notre petit tour et nous arrêtons sur un des petits resto de fruits de mer d’Echo Beach.

Notre soirée aurait pu se terminer là, mais de retour à la guest house, de joyeux lurons français étaient là (3 jeunes et un couple de retraités qui venaient de faire connaissance), avec des Bintangs et… un accordéon ! De touts les hôtels de Bali que nous avons fait, je crois que celui-ci était le moins « wahou » mais qu’est-ce qu’on a bien rit !


Jour 5

Canguu – Ubud

Aujourd’hui, direction Ubud, à 1h de route ! Les fesses commencent à ressentir les méfaits du scoot mais c’est tellement agréable de voyager, les cheveux au vent, l’air chaud sur nous, se sentir libre, s’arrêter quand nous voulons en chemin, sans devoir chercher où garer notre bolide !

Nous arrivons à l’hôtel… incroyable ! 39€ la nuit pour deux, nous nous sommes offerts le « Pertiwi Resort & Spa »… Je n’ai jamais vu autant de piscines, de personnel si attentionnés, de voiturette qui nous emmène d’un point A à B (l’hôtel est sur plusieurs hectares), de mini-villas, autant de luxe pour si peu cher, ça en devient gênant… ! Et dire que pour la fin de notre séjour, lorsque nous aurons bouclé la boucle et nous reviendrons à Ubud, nous serons dans un hôtel sensé être « plus » luxueux… je n’ose pas imaginer ! D’habitude, je ne porte pas vraiment attention aux hôtels lorsque je pars en road trip : pour moi, c’est un hébergement d’un nuit, pourvu qu’il y ait un lit et une douche. Mais à Bali, le moindre hôtel est spectaculaire !

Après nous être rafraîchit dans l’une des piscines (oui oui) et baladé (oui oui !) dans les parcs de l’hôtel, nous sortons direction the Sacred Monkey Forest Sanctuary, qui comme son nom l’indique, regorge de singes (encore plus grincheux qu’à Uluwatu !).

Nous nous aventurons ensuite dans une drôle de quête : celle de Papa Nyoman. Vous allez me dire, c’est qui ça ? Au guest house à Canguu, nous avons discuté le matin même avec une yogiste ukrainienne. Et, comme nous lui évoquions la suite de notre parcours à Ubud, elle nous a dit que nous ne pouvons absolument pas passer notre séjour là-bas sans rendre visite à un magicien : le reflexologue Papa Nyoman. Je ne vous dis pas tout ici, je ferai un article à ce sujet… car cela vaut la peine d’être raconté (et surtout vécu !).

Après quelques (heures ?) à chercher le magicien, nous mettons enfin la main sur son « cabinet », décors aussi fou que le petit bonhomme ! Une fois notre séance terminée (et de nombreux sanglots après), nous revoilà, avec un sentiment intense de légèreté et d’apesanteur. Pour une première expérience, je crois que ne pouvais pas mieux espérer !


Jour 6

Ubud – Besakih

Une route montagneuse et sinueuse nous attend aujourd’hui, jusqu’à Besakih, en traversant les rizières en terrasses de Sidemen !

Nous en avions vu un petit peu aux alentours de Canggu et Ubud, mais ici, des étages de rizières s’offrent à nous ! Il s’agit de notre première fois dans un pays asiatique, alors ce paysage, d’autant plus inconnu, reste une découverte gravée à jamais, avec les femmes fermières en fond, avec leurs immenses sacs sur leur tête… Chapeau bas mesdames !

L’idée de l’itinéraire du jour était de nous rendre à Besakih afin de visiter le temple et dormir au point de départ pour le trek du Mont Gunung Agung, le volcan culminant à 3100m. Notre plan n’a pu être mené à exécution… séisme oblige ! Il ne faut pas oublier que Bali est une île volcanique, avec des volcans encore actifs !

Du coup, une fois arrivé à l’hôtel à Besakih, nous avons réservé une excursion pour le mont Batur (1700m). Lever prévu le lendemain à 2h du matin, petit dej vers 3h, début de l’ascension du mont dans la foulée, le tout pour pouvoir être au sommet lors du lever de soleil sur le mont Agung ! Pas mal finalement 🙂

Nous terminons notre journée au petit marché de Besakih, pour un casse croute des plus authentiques !


Jour 7

Mont Batur & Tirtagangga

Un chauffeur vient nous prendre à l’hôtel directement et nous partons – pas très bien réveillés – pour déjeuner à un endroit où d’autres touristes trekkeurs sont là également.

L’ascension matinale se passe comme prévue : lampes torches, gros pulls, sourires MODE ON ! Il faut avoir tout de même de bonnes chaussures et de bonnes jambes mais (comme expérimenté au Pérou avec le Canyon de Colca) c’est surtout la descente que je redoute !

Nous arrivons au sommet du mont Batur, nous sommes au-dessus des nuages, avec quelques singes (qui viennent nous chiper notre ravitaillement) et de nombreux touristes. Mais qu’importe : c’est magique ! Le ciel se dévoile, la boule de feu commence à apparaître et inonder le ciel de sa couleur jaune orangé. Malgré le monde, il y a une sorte de silence. Je crois que tout le monde est subjugué.

Après avoir mitraillé de photos (oui j’assume), nous redescendons tous, à tout touche. Le trajet est un peu moins agréable qu’à l’aller étrangement, où la pénombre faisait également son petit effet.

Nous retournons profiter de l’hôtel un peu (et nous reposer après cette nuit mouvementée), puis nous reprenons notre bolide, direction Tirtagangga. Impossible de se rendre là-bas sans visite le Water Palace : en effet, un palais avait été construit dans ce petit village perché dans les rizières, mais il a été sacrément endommagé par l’irruption du Gunung Agung en 1963. Il ne reste que le jardin et les bassins d’eau dite sacrée, ce qui offre une excellente ballade, et une bonne cours de récréation !

Mention spéciale à notre hôtel, le Jalan Raya, qui est au coeur d’une rizière et où nous avons passé un bon moment !


Jour 8

Tirtagangga – Amed

Objectif du jour : rejoindre Amed et ses plages volcaniques de sable noir, et faisant un petit crochet par le Pura Lempuyang.

La particularité de ce site ? Il est composé par plusieurs temples, un en bas et un en haut du complexe. Nous nous sommes arrêtés au premier, et notamment à sa porte gigantesque qui offre une vue incroyable sur le Mont Gunung Agung (encore lui !) !

Nous reprenons la route direction Amed, le paradis cette fois non pas des surfeurs mais des sorkelleurs et des plongeurs !

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Nous nous équipons des palmes, de tubas et de masques de plongée pour faire du snorkelling sur l’un des rivages et partons explorer les milles et une couleur du monde marin !

Pour une fois, nous passons plus de temps sous l’eau que sur la plage, bien qu’elle soit magnifique !


Jour 9

Amed – Tejakula

Nous nous rendons assez tôt le matin à un centre de plongée à Amed. Il est difficile de choisir tellement il y en a ! Du coup, nous nous référons à mon petit guide fétiche (Le Petit Futé) et choisissons Adventure Bali Divers, qui propose des packages à la journée pour moins de 60€ par personne la journée. Sans le savoir, la gérante est belge, voilà que le hasard fait bien les choses !

Après un cours théorique, direction la mise en pratique sur la plage d’Amed… Première bonne expérience, maîtrise du matos, des signes et de la pression dans les oreilles… Level 2 : plongée sous marine dans l’épave marine de l’USS Liberty à Tulamben ! Pour la petite Histoire : ce navire de guerre a été construit aux USA en 1918 et a été torpillé par un sous-marin japonnais lors de la Seconde Guerre Mondiale en 1942. Suite à une éruption volcanique, le navire s’est rapproché de la plage de Bali.

Ce lieu chargé d’histoire est désormais un spot de plongeurs, mais surtout un repère pour toute la faune marine et les coraux !

Cette journée fantastique s’est prolongée… avec la découverte de notre hôtel du soir à Tejakula : The Amrita Salt Farm Villas.

Si vous vous y rendez, pas facile à trouver… mais splendide, avec une saline juste pour nous en face de l’hôtel, qui donnait sur la plage ! Hors saison oblige, nous n’étions que 4 dans l’hôtel, avec chacun sa maisonnette, la piscine et l’océan en face, rien que pour nous !


Jour 10

Tejakula – Lovina

Nous profitons toute la matinée de notre hôtel pour nous (re)poser : pas difficile dans ce cadre idyllique ! Puis nous reprenons la route pour Lovina.

Nous arrivons à Lovina en fin d’après-midi. Au premier abord, Lovina est une vraie ville, le tumulte des camions, la pollution, beaucoup de gens sur les routes, à pieds, en scoot… Une différence notable aussi : la religion. Le reste de l’île est principalement hindouiste mais ici, comme en Indonésie en général, il y a une majorité de musulmans.

Lorsque nous arrivons sur la plage de sable noir… Mon sentiment change. Une balade s’impose. Et le coucher de soleil en lui-même en impose. Je crois que les mots ne valent pas autant que des photos…


Jour 11

Lovina – Munduk

A nouveau, nous nous réveillons tôt pour aller observer … les dauphins ! J’avoue, j’étais plutôt réticente, je me disais que c’était l’attrape touriste par excellence… Mais Lorenzo a insisté (et il a bien fait) !

Nous avons embarqué sur un petit bateau de pécheur (prahu) et sommes partis au large à la recherche de dauphins. Notre capitaine a commencé à nous pointer du doigt un aileron, puis nous en avons vu un de plus prêt, puis deux, puis trois, puis une ribambelle ! Ils sautaient, ils nous suivaient… tout ça avec les couleurs du lever de soleil… Incroyable !

Après cette belle expédition, nous petit-déjeunons et allons faire un peu bronzette à la piscine, puis direction Banjar !

Tout d’abord, nous faisons un premier stop au monastère bouddhiste Vihara Buddha Banjar (oui, bouddhiste, alors que juste avant je vous ai dit que Bali était principalement hindouiste et l’Indonésie musulmane) ; il s’agit du seul de Bali !

Puis direction Banjar et ses hots springs ! L’endroit est sympa, composé aussi bien de locaux (bruyants) que de touristes (bruyants) ce qui fait le charme du lieu. Il s’agit d’une source d’eau chaude bien connue ici, qui a des vertus thérapeutiques.

Nous voulons poursuivre notre chemin jusqu’à la cascade de Munduk mais… un gros orage et une pluie torrentielle nous coupe dans notre élan ! Nous allons à notre hôtel du coup (Bali Rahayu Homestay) pour nous réfugier sans savoir combien de temps nous devrons rester « enfermés » …!

Voyant que cela dure, nous ne nous laissons pas abattre et commandons, via l’hôtel, un massage. Je peux vous dire que ça faisait un peu creepy (deux jeunes balinaises qui viennent nous masser directement dans notre cabane, car oui, nous étions dans une cabane 🙂 ) mais… WAOUH ! Qu’est ce que c’était bon ! 1h de massage, le corps entier y est passé… pour 6€…. Le meilleur massage de notre vie (nous avons retenté l’expérience à Ubud par la suite, mais autant dire qu’on était loin de la qualité de ce massage-ci)… Nous avons laissé avec grand plaisir un pourboire à ces femmes, toujours souriantes et super appliquées dans leur savoir-faire ! Elles ne me liront jamais mais merci à elles pour ce moment, qui nous a totalement fait oublier la pluie !


Jour 12

Munduk – Jatiluwih

La pluie est partie ! Nous pouvons donc faire notre petit trek vers les cascades de Munduk ! Ne vous y trompé pas, il y a un peu de marche et de … marches ! Mais le résultat est vaut la peine ! Pour ceux qui ont une drône : faites très attention à la perte de signal GPS ! Lorenzo a failli perdre son bébé dans les feuillages 😉

Avant de reprendre la route, nous nous arrêtons à une petite exploitation de café artisanal pour boire une spécialité locale : le Kopi Luwak (café luwak). Il s’agit du café soit disant le plus cher au monde… de par son processus de fabrication !

Les graines de café sont récoltées dans les excréments des civettes asiatiques (luwak). Grâce à son odorat, l’animal choisit les meilleures cerises du caféier, ce qui en fait un café de grande qualité. Il digère la pulpe, mais pas le noyau qui se retrouve dans les excréments… Ils sont récoltés, sous forme de grappe, et séchés au soleil, avant d’être lavés puis torréfiés ! Miam ! Le petit hic dans tout ça – sans compte que ce café pour nous n’avait pas un goût si exceptionnel – est que les indonésiens ont compris la valeur des excréments de civettes et des dérivent apparaissent : ils les enferment dans des cages, les gavent… ce qui en fait un café de moins bonne qualité…

Après cette petite pause « gourmande », nous reprenons le scoot direction le lac Bratan et le Pura Ulun Danu Bratan. Je pense que nous sommes tombés un jour spécial (à moins que ce soit toujours comme ça ?) car il y avait de nombreuses processions, offrandes, les gens avaient leur costume de fête,… et au delà de ceci, il règne une atmosphère mystique autour du lac. Un peu de brume, une lourde chaleur, … l’effervescence est belle à voir.

Nous terminons cette journée à Jatiluwih, dans les rice terrace. La pluie nous poursuit un peu, mais qu’importe ! Il faut savoir que la portion de route qui traverse les rizières est payante : ne fuyez pas 😉

Nous recherchons notre hôtel, D’wan tea mountain side, sous la pluie encore. Niché au-delà des nuage (vraiment !) il était assez difficile d’y accédé tellement il était au perché dans la montagne, dominant tout Jatiluwih !


Jour 13

JatiluwihUbud

Le séjour commence à toucher à sa fin !

Après avoir vainement profité de la vue et de la piscine de l’hôtel la veille, nous retentons notre chance avec un peu plus de succès. Puis, nous retourner explorer les célèbres rizières…!

Nous commençons à boucler la première boucle et retournons à Ubud… Comme préssenti en début de séjour, ce nouvel hôtel dépasse toutes attentes (Pertiwi Bisma 1).


Jour 14

Ubud

Ubud c’est bien, mais les alentours c’est mieux !

Nous profitons de notre dernière vraie journée pour une escapade à la source sacrée Tirta Empul. Les balinais s’y pressent pour le rite de purification sacrée : ils se plongent tout habillés dans les eaux saintes et en ressortent purifiés.

J’avoue avoir été gênée par les touristes, non hindouistes, qui en faisaient de même … Juste pour avoir une photo souvenir… Cela n’empêche pas que le complexe, avec ses nombreux temples, et très intéressant à visiter ; il est encore plus intéressant à mon sens d’observer les rites des hindouistes et la pureté de leurs gestes, la beauté solennelle de ce moment, important à leurs yeux.

Nous nous rendons finalement dans les rizière de Teggalalang. Etant donné la proximité avec Ubud, l’authenticité est moins présente (j’en veux pour preuve les fameuses « Bali swings », les balançoires au-dessus des rizières, l’atout phare des vraies instagrammeurs 😉 ). Mais étant notre dernière journée, rien ne pourra nous empêcher d’en profiter un max (pas même les culs de poules !).


Jour 15 & 16

Ubud – Denpasar – Bruxelles

Voilà… Un dernier plongeon dans notre piscine à débordement… Et nous devons quitter l’île des Dieux le cœur lourd.

Nous retournons à Kuta avec une mission (plutôt difficile) : retrouver notre proprio de scoot ! Toutes les rues de cette grande ville (on n’avait plus l’habitude !!) se ressemblent et malgré la géolocalisation de l’endroit, dur dur de se repérer !

Notre bébé est rendu… Plus qu’à rejoindre l’aéroport… et puisque nous sommes de vrais aventuriers (un peu bêtes sur ce coup), pas question de prendre un taxi, allons y à pieds… sans traîner des pieds… encore moins facile !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close