Maroc

Novembre 2017

Itinéraire de 18 jours

Si vous êtes à la recherche d’une destination dépaysante, non loin d’Europe, et où il y a du soleil quasi toute l’année, alors vous avez frappé à la bonne porte ! Le Maroc est la destination idéale ! En fonction de ce que vous aimé, il y en a pour tous les goûts !

A notre habitude, nous avons opté pour un voyage d’un peu plus de deux semaines en mode road-trip, où nous avons parcouru plus de 2.200km, bien sûr, avec de très nombreuses étapes ! Autant dire que nous avons pu admirer la diversité des paysages marocains, en parcourant le Moyen-Atlas puis le Haut-Atlas, la côte Atlantique ainsi qu’une infime partie du Sahara…!

Une chose que je retiendrai : s’il y a bien une destination où l’on ne peut pas tout prévoir à l’avance, c’est le Maroc ! Au fur et à mesure de nos rencontres et de notre aventure, nous nous sommes laissés guider, avons modifié notre itinéraire, et nous ne regrettons absolument pas !

Astuce : N’hésitez pas à zoomer sur la carte et à cliquer sur les points d’intérêt pour découvrir les destinations !


Mon carnet de voyage

Accédez facilement aux différentes étapes de l’itinéraire ci-dessus… Mes « incontournables » sont en gras !


Jour 1

Fès

Nous arrivons dans le centre de Fès vers 22h45 et, pour ne rien cacher, ce n’était pas une super entrée en matière.

Les souks sont fermés mais l’odeur du marché est bien là, il y a quasi personne dans les rues sauf quelques jeunes. Nous recherchons notre hôtel booké pour la première nuit, mais, dans la médina, l’entremêlement des rues forme un labyrinthe ! Nous peinons à nous repérer, un jeune nous propose son aide. On finit par accepter, et il commence à nous faire faire tout un tour dans les rues, alors qu’on voit sur Google Maps que l’hôtel est juste à côté (et de fait, à la lumière du jour, nous étions bien juste à côté). Je commence un peu à stresser, et là, un autre jeune nous rejoint par surprise, derrière nous. Nous arrivons au bout de 5 longues minutes finalement devant la porte de notre hôtel (au fond d’une ruelle bien sombre !) et ils nous réclament 10€ pour le service. Nous arrivons à diviser le prix de moitié…

Une fois la porte passée, nous nous sentons en sécurité… et on nous propose bien sur un thé à la menthe pour nous remettre de nos émotions ! Voilà un voyage qui commence bien ! Comme on dit, il ne faut pas se fier aux apparences… et ceci a été la seule frayeur de notre périple ! Le Maroc nous a ensuite réservé de bien belles surprises…!


Jour 2

Fès

Première vraie journée ! Vamos à la découverte du vrai Fès ! Comme toutes villes du Maroc, Fès se compose d’une médina (quartier historique, souvent encerclé par des remparts) et des portes d’entrée / sortie de la médina (Bab).

Direction « le quartier des tanneurs » (aussi appelé la Chouara), lieu de vie (et de dur labeur) incontournable de Fès. Il vaut mieux y aller tôt le matin si vous voulez voir les hommes en action, tanner les peaux… mais aussi tout simplement parce que plus le temps passe, plus le soleil tape et plus l’odeur peut paraître insoutenable !

Entre l’odeur de la chaux (pour décoller la laine et les poils de la peau des animaux), le cuir, et les fientes de pigeons… il vaut mieux avoir le coeur bien accroché ! Sans parler des conditions de travail de ces hommes… Respect !

On ne manquera pas de vous apporter un brin de menthe (« masque à gaz » artisanal, comme il l’appelle) ni de vous proposer de monter sur une terrasse pour mieux apprécier l’agitation du quartier… moyennant bien sûr un petit pourboire. Les locaux peuvent être un peu offensifs lorsqu’ils décident de vous « proposer » un tour, ou d’entrer dans leur magasin pour accéder à ces terrasses. Nous avons parfois un peu eu l’impression d’être « un porte-monnaie sur patte » pour être totalement honnête… ce qui – à ma grande surprise – n’a pas été du tout le cas à Marrakech !

Nous poursuivons dans la médina et nous promenons dans les souks. Il s’agit du quartier Fès El-Bali. Si vous aimez vous perdre dans les ruelles, vous serez au bon endroit puisqu’il s’agit de la plus grande médina du monde arabe (et donc d’un immense labyrinthe grandeur nature) !


Jour 3

Fès

Direction le Sud de Fès et le quartier Fès el-Jedid, où se trouve le Palais Royal. En s’y rendant, plusieurs points d’intérêts sont à découvrir : la grande porte bleue « Bab Bouloud », les remparts de la médina, le jardin Bou Jeloud et enfin… les portes dorées du Palais Royal s’offrent à vous !

Nous nous rendons ensuite dans le quartier Juif : Mellah. A notre grande surprise, de nombreuses ruelles typiques sont colorées. Nous y avons visité une synagogue et pu observer les particularités des cimetières juifs, aux stèles blanches et arrondies…

La fin de séjour à Fès approche… le road trip va commencer dès le lendemain !


Jour 4

Fès – El Jadida

En passant par Meknès

Dès le matin, on récupère la voiture et hop, direction El Jadida, à 4h40. Sur la route, nous croisons de nombreux bergers qui tentent de rassembler leur troupeau en nous croisant, des hommes avec des charrettes tirées par des ânes, des enfants jouant au pied des montagnes… Nous avons comme l’impression de remonter le temps.

Justement, en chemin, nous nous arrêtons à Volubilis, la cité antique qui présente les ruines romaines les plus étendues et les mieux conservées du Maroc. L’an 40 après Jésus-Christ marque le début de la cité de Volubilis, et son âge d’or, 200 ans après !

A quelques km se trouve Meknès, l’une des villes impériales du Royaume marocain, puis nous poursuivons notre route jusqu’à El-Jadida, notre destination de ce jour, où nous arrivons de nuit !


Jour 5

El Jadida – Essaouira

El-Jadida est connue pour sa cité fortifiée donnant sur l’Océan Atlantique. Elle a été construite par les portugais au début du 16ème siècle. Contraste avec les oliviers des terres, désormais, place à la ville … et à l’Océan !

Nous prenons la route pour Essaouira, la ville bleue, située à 3h40 de route. En chemin, nous nous arrêtons sur la plage de Oualidia, pour profiter des rouleaux de l’Océan ! Tajine à la plage, ça vous tente ?

En reprenant la route, nous arrivons à Safi : c’est la fête ! Une reconstitution historique a priori, avec des hommes armés sur des beaux chevaux se donnent en spectacle.

Nous arrivons en fin de journée à Essaouira. Il est temps de recharger les batteries !


Jour 6

Essaouira

Nous découvrons dès le lendemain la médina de la Cité Bleue, ses souks ainsi que son port, emblématique. Ici, c’est l’attraction principale ! Tout le monde s’y presse : touristes mais aussi locaux et bien sûr … mouettes et pêcheurs !

En début d’après-midi, petit tour sur la plage de sable fin mais, au contraire de Oualidia la veille, impossible de se baigner tellement le vent souffle ! Par contre, les dromadaires sont bien là eux, à attendre le touriste sagement…!


Jour 7

Essaouira – Taroudant

4h de route, direction Taroudant ! Nous nous enfonçons cette fois dans le Maroc moins touristique…. quoi que !

Sur la route, nous rencontrons quelques bergers sur la route des arganiers, avec de grands troupeaux de chèvres. La région est réputée pour ces arbres courbés (et donc pour l’huile d’argan et tous cosmétiques à base d’argan !), et les chèvres qui montent dessus pour se nourrir de la pulple en cassant la coque. Elles recrachent la noix (ou la défèque), ce qui permet aux arganiers de proliférer dans cette région.

Intrigués, nous nous arrêtons et partageons un moment touchant avec ce berger qui, ne parlant que berbère, a tenté tant bien que mal de nous expliquer le phénomène.

Un peu plus loin sur la route, des petits malins se sont emparés de cet attrait touristique… et n’hésitent pas à vous demander de l’argent pour les quelques clichés pris ! Ils vous mettent même la chèvre dans les bras pour être sûr de se garantir un mini pourboire…

L’idée de base était de continuer le lendemain jusqu’à Tafraout, encore à 3h de route, pour ensuite remonter à Ouarzazatte. C’était sans compter sur notre rencontre avec Yves, le breton gérant du Riad Dar Dzahra de Taroudant, qui nous a complètement fait changer notre itinéraire !

Nous avons finalement rayé de notre liste Tafraout pour rester une journée de plus à Taroudant afin d’explorer les environs, avancer Ouarzazatte et libérer du temps pour nous rendre dans le désert de Merzouga. Après avoir jonglé avec Booking, le tour était fait !

Il faut dire qu’Yves est un sacré numéro (mention spéciale d’ailleurs à son hôtel ci-dessus et encore plus à son amabilité !) : il nous a ouvert les yeux sur toutes les possibilités qu’offraient Taroudant, que nous aurions à coup sûr raté vu notre itinéraire initial ! Merci Yves !

En effet, Taroudant est – comme le dit le guide du Petit Futé – la Carcassone du Maroc ! Imaginez une ville avec des remparts d’adobe, ocre… A la tombée de la nuit, c’est magique ! Nous avons fait un tour de calèche, utilisée même par les locaux comme moyen de locomotion, je vous conseille vivement ! Les couleurs à la tombée de la nuit sont à tomber…!

Ce qui m’a également marqué à Taroudant, c’est l’authenticité de la ville, où la trace touristique n’a pas encore laissé son empreinte. A la place principale, les hommes (que des hommes) sont attablés et boivent le thé à la menthe, entre amis, pendant que les femmes s’affairent dans les souks.


Jour 8

Taroudant

Toujours sur les bons conseils d’Yves, le lendemain, nous partons à travers les montagnes, explorer les environs à la recherche d’agadirs. Nous tombons même au beau milieu de nul part, sur une école. L’indice : toutes les couleurs sur la façade ! Elles sont toutes pareilles au Maroc.

Je parlais d’agadirs… non pas Agadir, la ville littorale ! De vrais agadirs, c’est-à-dire les « banques bérbères » (littéralement, un grenier collectif fortifié), avec leurs murailles et leurs gardiens !

Pour les trouver ? Pas si simple ! Un vrai jeu de piste ! Vous ne les trouverez pas sans l’aide de l’application Maps.me (même Google Maps ne les connais pas) !

Dans l’une des agadirs que nous avons visité, nous avons rencontré le gardien des lieux, vivant avec ses enfants, et sa femme. Il nous a fait la visite guidée. Un très bon guide d’ailleurs, même si je doute que les touristes se bousculent au portillon ! Chaque porte renfermait les biens d’une famille ! Coffre-fort, banque, … appelés ça comme vous voulez ! Mais c’était vraiment super intéressant ! Tout autant que la route jusqu’aux Agadirs en tant que tel !


Jour 9

De Taroudant à Ouarzazatte

Avant de prendre la route pour Ouarzazatte, nous avons une dernière fois suivi les conseils d’Yves. Il nous a proposé un hammam et un gommage intégral, dans un vrai hammam, dans le centre de Taroudant. Lorenzo était accompagné, chez les hommes ; j’étais moi aussi accompagnée, chez les femmes. Toute image de SPA de luxe est loiiiin de ce hammam populaire, et pourtant, c’est la meilleure expérience de soin que j’ai eu ! Et pour beaucoup moins cher (si mes souvenirs sont bons, c’était l’équivalent de 10€ par personne, accompagnement inclus).

Tout le monde vient discuter et se faire des soins aux hammams : des jeunes, des moins jeunes, des enfants ! A coup de gant de crin et de savon noir, adieu les peaux mortes et bonjour la nouvelle peau toute douce !

Après toutes ces découvertes (encore une fois, mille merci à Yves !) nous reprenons la route jusqu’à Aït Ben Haddou, connu pour son ksar (village fortifié) tout en terre. N’hésitez pas à monter sur les terrasses (certaines sont ouvertes gratuitement, d’autres moyennant quelques dirhams) : de là il y a une vue imprenable sur le village et l’oued en contrebas.

Nous repartons pour Ouarzazatte, le studio de cinéma marocain où ont été tournés entre autre Lawrence d’Arabie et Gladiator. Fin de la journée, à vous les studios !


Jour 10

Ouarzazatte

Ouarzazatte est un peu le Fès du sud, c’est à dire une grande ville « carrefour »mais avec peu d’intérêt. Nous décidons donc de nous balader vers l’oasis de Fint.

Sur la route désertique, on voit un homme seul. Etant donné qu’il n’y a absolument rien autour, nous nous inquiétons et nous arrêtons. Il nous explique qu’il habite l’oasis et qu’il rentre de Ouarzazatte, à pied, où il étudie (à une vingtaine de km). Nous trouvons ça un peu gros, mais le prenons dans la voiture avec nous vu que nous y allons. Arrivé sur place, nous garons la voiture sur un parking vide (important pour la suite) et le gars commence à nous faire un tour guidé ! Nous sommes clairs avec lui, lui répétons que nous avons voulu lui rendre service mais que nous ne souhaitons pas de tour guidé… Il nous amène bien sûr dans un endroit pour boire le thé (payant) et reste un peu plus loin… Nous nous baladons, du coup, toujours avec lui.

En retournant à la voiture, deux autres gars attendent pour qu’on leur paie le parking (qui je vous le rappelle, était complètement vide et sans personne). Nous négocions et donnons un petit quelque chose… La supercherie ne s’arrête pas là : on repart, déçus que ce magnifique endroit ait été gâché par ces manigances. On croise un français en voiture qui s’arrête pour demander s’il est bien dans la bonne direction pour l’oasis de Fint et il nous dit « vous savez quoi, j’ai même ramassé un auto-stoppeur qui doit rentrer au village de l’oasis, c’est fou ! ». !!! Morale de l’histoire : trop bons… trop cons ! 🙂


Jour 11

La route jusqu’à Tinghir

Nous reprenons la route, objectif de la journée : Tinghir, notre dernier stop avant le désert ! Nous passons via Skoura où nous nous arrêterons au retour.

Sur notre trajet, nous en prenons plein les yeux en traversant les routes sinueuses des gorges Toghda et du Dadès. Au fond des gorges, vous trouverez seul le lit du Dadès avec quelques bergers venus abreuver leurs troupeaux dans le cours d’eau, et une petite route qui vous aidera à circuler en voiture. Plus vous vous enfoncez, plus les falaises se rapprochent et laissent passer un filet de lumière de plus en plus étroit.

Nous terminons notre journée à Tinghir, située au long de l’oued de Todra, à plus de 1000m d’altitude. Nous sommes surpris par son immense palmeraie, immense « tâche » de verdure contrastant avec les rocs ocres !


Jour 12

Merzouga et nuit de le désert

Nous traversons les dernières bourgades, puis Rissani, la dernière des dernières, avant de commencer à avoir les pieds ensablés.

Au fur et à mesure, les dunes de sables s’allongent, grandissent sous nos yeux. Et nous arrivons à Merzouga, dans l’erg Chebi, proche de la frontière algérienne… les portes du désert ! 13km de long et 5km de large, il s’agit en fait du premier erg pré-saharien (champ de dunes de sable). Il faut savoir que Merzouga est un village très récent ; il y a encore une vingtaine d’année, seuls les nomades venaient ici camper avec leurs caravanes ; on raconte même que ce sont les noyaux des dattes laissés par les touaregs qui ont formés la palmeraie de Merzouga !

Nous avions réservé à l’avance notre hébergement de la nuit, ou plutôt notre campement, sur Booking (Merzouga Camp – vous pourrez même voir une de mes photos sur leur page !) ce qui nous a facilité la vie car à en croire les guides papiers, il y a beaucoup de rabatteurs. Ceci dit, nous n’en n’avons vu aucun et avons même été agréablement surpris …!

Dès notre arrivée à l’hôtel, nous avons été guidés jusqu’à la palmeraie, où nous attendaient des dromadaires, pour nous amener jusqu’à notre bivouac. L’expérience en tant que tel du dromadaire, sur les dunes, avec le soleil couchant, la beauté des couleurs vives de la fin de journée, le cadre plus qu’irréel… Tout vous transporte dans un autre monde ! Et dire que nous avions failli louper ça !

Le bivouac est composé d’un feu central, de plusieurs tentes (nous sommes 3 couples de touristes et les jeunes marocains qui nous accompagnent) assez rudimentaires, et d’un tente principale pour notre repas du soir.

Je ne peux pas dire que ce fut la meilleure nuit de ma vie vu la fraîcheur des nuits dans le désert, mais assurément ce fut largement (ré)compensé par la soirée autour du feu, bercée par le son des instruments et chants nomades, et par…


Jour 13

Merzouga – Oasis de Skoura

Le lever du soleil (vers 5h30) ! Bien qu’entourés, il n’y avait que nous. Seuls.

Nous, et cette lumière voyant le jour…

Nous retournons à dos de dromadaire au village, puis après une bonne douche bien chaude, nous reprenons la route, et rebroussons chemin jusqu’à Skoura. Après cette expérience incroyable, nous ne croyons pas pouvoir la surpasser de si tôt… Mais c’était sans compter sur l’hôtel que nous avions déniché : Chez Talout.


Jour 14

Skoura – Tisselday

Bien que la piscine était glacée, nous avons tout de même bien profité de l’hôtel – de son restaurant et de son magnifique dîner et encore meilleur petit-dej ! – pour nous reposer… et pour repartir explorer les environs. Il constitue un bon point de départ pour partir se perdre dans la palmeraie, en traversant l’oued asséché.

La fin de notre séjour dans le Sud est bel et bien là, et il faut remonter vers Marrakech. Nous nous arrêtons pour une petite pause fraicheur au barrage El Mansour Eddahbi, non loin de Ouarzazatte, avant de finir notre journée à Tisselday, petit village berbère typique perché dans le Haut Atlas.


Jour 15

Tisselday – Désert d’Agafay

Autant nous n’avions aucune attente de Tisselday, sensé être une simple étape dans notre road trip, autant nous n’avons pas été déçus ! Je conseille vivement la chambre d’hôte Dar Isselday (35€ pour deux), et salue la gentillesse de l’hôtelier. C’était parfait ! Le tour du village est rapidement fait, mais vous emmène dans le Maroc profond, le vrai Maroc, isolé, très peu peuplé, de l’Atlas.

Nous poursuivons jusqu’au Désert d’Agafay, qui se situe à une trentaine de km au Sud de Marrakech. Rien à voir avec le désert rouge de Merzouga : Ici, il s’agit d’un désert de roches blanches !

Nous avions réservé – ne pensant pas au départ que nous irions jusqu’aux dunes de Merzouga – l’écolodge Terre des Etoiles, nous faisant un petit plaisir, car les prix sont assez élevés. Confort, charme, quasi luxe …! Nous ne sommes pas habitués à tant en vadrouille !

A choisir entre les deux (si tant est que la question se pose, car encore une fois, c’est incomparable), je choisirai tout de même l’excursion à Merzouga qui offre une expérience beaucoup plus intense. Ceci dit, ce désert a été l’occasion d’une parfaite transition avant de rentrer dans le tumulte de Marrakech …!


Jour 16

Désert d’Agafay – Marrakech

Enfin… je mens ! Après une matinée bien remplie au désert…

On s’accorde encore un peu de répit avec une promenade dans les jardins de la Ménara, à l’extérieur de la ville, au milieu des 100ha d’oliviers centenaires, avant de rendre la voiture.


Jour 17 & 18

Marrakech

J’avoue, j’avais quelques préjugés concernant Marrakech car j’y étais déjà allée par le passé, et même si j’en garde un excellent souvenir, quelques mésaventures me revenaient à l’esprit. Mais j’ai re-découvert la ville.

La place Jemaâ El-Fna, les souks tout en couleurs, le quartier populaire Bab Doukkala, et de nouveaux sites : l’école coranique islamique, la somptueuse Medersa Ben Youssef, fondée au 14ème siècle, les tombeaux saadiens, puis balade vers le jardin Majorelle…

Je crois qu’à Marrakech, vu l’essor et l’effervescence de la ville, il y a toujours de nouveaux endroits à découvrir … et toujours des raisons de vouloir nous faire rester encore davantage… !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close